J'ai tellement de recettes à vous dévoiler que je ne sais plus par où commencer... Et puis zut, comme à mon habitude, je ferais tout dans le désordre et commencerais par la fin. Je suis tellement contente de mon essai que voilà, je vous le fais partager. En plus, petites veinardes, ça sera un pas à pas en image.

Je suis partie sur une crème composée d'une phase aqueuse de 60% et d'une phase huileuse de 40% pour affronter l'hiver.

Ingrédients et proportions: Glycérine végétale 5% (contre la déshydratation), hydrolat (HA) de camomille 25% (apaisante, calmante), eau minérale (H2O) (pour diluer HA camomille) 30%, lécithine de soja alimentaire (émulsifiant) 15%, alcool céthylique (co-émulsifiant et épaississant) 5%, macérât de vanille (dans de l'huile de pépins de raisin, huile pour tout type de peau) 10%, huile (HV) de macadamia (réparatrice) 10%, conservateur.

Plan de travail propre et désinfecté:

P1010023

L'assiette de droite contient les ustensiles propres et désinfectés, tandis que l'assiette de gauche (également désinfectée) recevra les ustensiles salis lors de la préparation.

Préparation:

Peser la lécithine

P1010024

et HA camomille + H2O,

P1010025

puis laisser "mariner" 1 à 2h.

Dans un contenant (toujours propre et stérile) résistant à la chaleur, peser le macérât de vanille, HV macadamia et l'alcool céthylique.

P1010029

Pendant que la lécithine "marine", un coup de glandouille sur internet. Oups, c'est fou comme le temps passe. Revenons à notre recette.

Les gains de lécithine ont grossi en s'imprégnant de phase aqueuse et légèrement changé de couleur.P1010034

Fouetter le mélange.

P1010036

Il reste quelques grains qui ne sont pas bien imprégnés. Je laisse donc "mariner" encore un peu. Et hop, un coup de glandouille (c'est mon passe-temps favori vous l'aurez compris).

Après un moment, je re-foutte. Tous les grains se sont mélangés à l'eau et l'hydrolat pour former une solution gélatineuse, à laquelle je rajoute la glycérine et je re-fouette.

P1010040

Je mets ma phase huileuse au bain-marie pour faire fondre l'alcool céthylique. Quand ce dernier commence à fondre, je mets ma solution gélatineuse à tiédir dans le bain-marie le temps que l'alcool céthylique fonde complètement. Quand c'est le cas, je sors la phase huileuse, je la fouette. Puis je sors ma solution gélatineuse.

Je verse un petit filet de phase huileuse dans ma solution gélatineuse tiède et je fouette (au batteur électrique... non seulement je suis une glandouilleuse mais je suis également fainéante...). Une émulsion se forme immédiatement (la mayo a pris). Je continue à incorporer petit à petit ma phase huileuse en fouettant bien à chaque ajout.

P1010044

Oh la jolie crème à laquelle j'ai incorporé le conservateur. Mais de peur qu'elle ne se déphase lors de son refroidissement, je me suis acharnée à la fouetter (yarghyarghyarghhhhyarghyarghyarghhhhyarghyarghyarghhhhyarghyarghyarghhhh).

P1010045

Et bien, j'ai obtenu une jolie mousse. Voyez par vous même.

P1010048

Et hop dans un pot propre et stérile.

A l'application:

La mousse est très agréable à appliquer de part son côté aérien. Elle est très vite absorbée par ma peau (un peu trop vite peut-être) et ne laisse pas de film gras. Léger film blanc qui s'estompe rapidement en faisant pénétrer doucement la crème.

J'ai rajouté quelques gouttes de benjoin dont l'odeur se marie à merveille avec la vanille et pour toutes ses propriétés. Bref j'en suis ravi. Même après une semaine d'utilisation, la mousse reste. Je conserve mon pot à température ambiante, dans ma chambre (ma salle de bain étant trop humide et trop sujette au changement de température).

Je n'ai pas mis d'huiles essentielles car j'utilise cette crème également sur les yeux (qui la supportent très bien).

J'espère que cette petite recette vous intéressera et que, si l'aventure vous prend de la refaire, vous me ferez part de vos impressions.

A très vite pour d'autres recettes...

Réédite  12/01/2009:

Suite aux remarques de Tambouilleuses plus expérimentées, j'ai revu mes proportions et refait d'autres essais. La phase aqueuse est donc passer à 70% et par déduction, il y a 30% de phase huileuse.

Première essai (40g de crème): 65% (26g) eau bouillie, 5% (2g) glycérine, 10% (4g) lécithine alimentaire, 5% (2g) alcool céthylique, 15% (6g) huile de pépins de raisin. --> Résultat: crème épaisse onctueuse non grasse qui pénètre bien, bien hydratante, peau toute douce.

Deuxième essai (40g de crème): 65% (26g) eau bouillie, 5% (2g) glycérine, 5% (2g) lécithine alimentaire, 5% (2g) alcool céthylique, 20% (6g) huile de pépins de raisin. La trouvant un peu trop fluide au moment de la préparation, j'ai rajouté un peu de gomme de guar. Soit je n'ai pas assez attendu que la crème se repose, soit j'ai mis trop de gomme guar, je suis passé du fluide au semi-épais. --> Résultat: crème lait très légère non grasse qui pénètre bien, super hydratante, peau toute douce.

J'ai beaucoup aimé la légèreté de la crème semi-épaissesemi-épaisse. Je vais peut-être partir sur cette base de crème pour mes prochaines tambouilles.